Egalité professionnelle

Discours de Pascale Boistard prononcé au Ministère de l’Intérieur à l’occasion des 70 ans du premier vote des femmes le 29 avril 2015

Femmes.gouv.fr | Publié le 29 avril 2015

Seul le prononcé fait foi

Monsieur le Ministre de l’Intérieur,

Mesdames et Messieurs,

« La femme a le droit de monter à l’échafaud, elle doit également avoir le droit de monter à la tribune » L’article 10 de la « déclaration des droits de la femme et de la citoyenne », rédigée par Olympe de Gouges en 1791, symbolise le début du combat féministe et de la revendication d’une égalité civique entre les femmes et les hommes.

En 1848, le droit de vote universel est obtenu par les hommes. Les femmes, elles, attendront près d’un siècle pour l’obtenir.

100 ans pour que les femmes soient reconnues citoyennes  à part entière. 100 ans pour que les femmes obtiennent le droit de vote et d’éligibilité aux élections.

D’Olympe de Gouges à George Sand, en passant par Hubertine Auclert, les femmes se seront battues sans relâche pour l’égalité des droits civiques. Et pourtant, les femmes ont remplacé les hommes dans les champs et les usines lors de la première guerre mondiale. Les femmes ont participé activement à la résistance pendant la seconde guerre mondiale. Enfin, le 29 avril 1945, elles voteront pour la première fois aux élections municipales.

70 ans plus tard, une question subsiste : quelle place occupent les femmes aujourd’hui en France dans les instances politiques ?

Depuis la réforme constitutionnelle de 1999 et des lois dites de parité, la place des femmes en politique progresse. Avec la loi de 2013, instaurant le binôme aux élections départementales par exemple, un grand pas en avant a été réalisé. Aujourd’hui, les assemblées départementales sont composées de 50% de femmes contre 16% auparavant.
Avec la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, au-delà des nombreuses dispositions en faveur des droits des femmes, nous avons renforcé les pénalités  prévues à l’encontre des  partis politiques dans le cadre des élections législatives.

Au-delà des lois, la volonté politique est un moteur essentiel de cette égalité, à l’image du gouvernement actuel composé d’autant de femmes que d’hommes. Les partis politiques ont eux aussi un rôle à jouer. Comment encore accepter que des partis politiques préfèrent payer des amendes plutôt que de respecter la loi ?Alors que les femmes représentent 52% de la population, saluons leur sagesse de ne revendiquer que 50% des postes. Notons aussi que les femmes sont encore trop souvent écartées des présidences des collectivités territoriales.

A l’heure où notre société vit au rythme des réseaux sociaux et des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, l’organisation de la vie politique reste sur des schémas et fonctionnements archaïques. Ce sont de nouveaux défis qui doivent être relevés par les partis politiques et nos institutions pour plus d’égalité entre les femmes et les hommes dans la sphère politique. C’est contribuer à faire disparaître les comportements sexistes encore présents notamment dans nos hémicycles parlementaires.
Enfin, les citoyennes et les citoyens doivent eux aussi avoir cette exigence dans le débat démocratique.

Mesdames, Messieurs, comme vous pouvez le constater, de nombreux défis restent à relever pour parvenir à un véritable égal accès des femmes et des hommes aux responsabilités politiques. Avec l’ensemble du gouvernement nous nous y employons. Avec vous, les associations nous nous mobilisons.
Il faut qu’avec l’ensemble de la société nous y parvenions.

Je vous remercie.

>> En savoir plus
illustration-vote des femmes

Mise en œuvre des mesures en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes du comité interministériel « Egalité et citoyenneté : la République en actes »

Femmes.gouv.fr | Publié le 29 avril 2015

Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes et Pascale Boistard, secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes ont fait le point en conseil des ministres ce mercredi 29 avril 2015 sur les mesures du comité interministériel « Egalité et citoyenneté : la République en actes » relatives à l’égalité femmes hommes.

Lors de ce comité qui a eu lieu le  6 mars 2015, le Gouvernement a exprimé l’ambition d’une République qui offre à chacune et à chacun les mêmes chances, grâce à la lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes. La lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes est un levier pour construire une société fondée sur la solidarité et le respect et où les femmes se sentent pleinement citoyennes. Cinq mesures du comité pour l’égalité et la citoyenneté incarnent la détermination du Gouvernement en la matière.

1)     Lutter contre les stéréotypes sexistes

La disparition des stéréotypes sexistes est la condition de l’émancipation individuelle. La lutte contre ces représentations caricaturales est menée sur plusieurs fronts. Le ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche a engagé un travail avec le Syndicat national des éditeurs pour éviter les stéréotypes sexistes dans les manuels scolaires. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a défini les indicateurs quantitatifs et qualitatifs relatifs à la juste représentation des femmes et des hommes dans les médias : les chaines seront évaluées fin 2015.

2)     Rendre réelle la parité dans les instances décisionnaires

La reconnaissance pleine et entière de la citoyenneté des femmes implique l’égal accès des femmes et des hommes aux responsabilités politiques, économiques et sociales. Un pas important vient d’être franchi : les conseils départementaux sont désormais composés d’autant de femmes que d’hommes.

3)     Mieux partager l’espace public

La place des femmes l’espace public est un nouveau champ d’action politique. Dans la République, chacune et chacun doit pouvoir évoluer librement dans la rue ou les transports en commun. À la suite de l’avis du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes sur le harcèlement sexiste dans les transports en commun, plusieurs axes de travail ont été définis : sensibiliser pour changer les comportements, se réapproprier l’espace public, alerter efficacement et former pour mieux réagir.

4)     Lutter contre les impayés de pension alimentaire

Les familles monoparentales sont particulièrement touchées par la précarité. La loi du 4 août 2014 permet d’expérimenter une garantie des impayés de pensions alimentaires et le versement d’une pension alimentaire minimale de 100 euros. Depuis le 1er octobre 2014, 20 départements ont mis en place cette expérimentation. 2 000 personnes en ont déjà bénéficié.

5)     Développer les crèches à vocation d’insertion pour faciliter l’emploi des femmes dans les quartiers.

L’accès à un mode d’accueil de la petite enfance est une condition du maintien ou du retour des femmes à l’emploi. La création de places d’accueil est déterminante. Pour les femmes des quartiers prioritaires, le modèle de crèches à vocation d’insertion professionnelle sera développé.

 

Equal-Pay-Day

Equal Pay Day : des progrès majeurs pour l’égalité salariale en France

Femmes.gouv.fr | Publié le 26 mars 2015

A l’occasion de « l’Equal Pay Day », Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, et Pascale BOISTARD, secrétaire d’Etat chargée des droits des Femmes, réaffirment que la lutte contre les inégalités salariales entre femmes et hommes est un sujet d’action majeur pour le Gouvernement.

Les inégalités de rémunération entre femmes et hommes sont le fruit de plusieurs facteurs. Temps partiel subi, carrières interrompues par la parentalité, non mixité des métiers, plafond de verre, discrimination… Depuis 2012, le gouvernement s’attaque à toutes leurs causes.

  • Pour favoriser l’égalité professionnelle et salariale au sein des entreprises, un nouveau mécanisme de contrôle du respect de leurs obligations (négocier un accord ou de présenter un plan d’action) par les entreprises a été mis en place. 67% des entreprises de plus de 1000 salariés étaient déjà couvertes au 15 février 2015. 1 500 entreprises ont fait l’objet d’une mise en demeure et 48 ont été sanctionnées pour non-respect de leurs obligations. Une majorité d’entreprises mises en demeure ou pénalisées régularisent leur situation en quelques mois. Les entreprises qui ne respectent pas leurs obligations ne peuvent plus soumissionner aux marchés publics.
    >> En savoir plusEqual-Pay-Day-1

 

  • Pour améliorer le taux d’activité des femmes, plusieurs réformes facilitent l’articulation de la vie professionnelle et de la vie personnelle et encouragent le partage des responsabilités parentales. 275 000 places d’accueil des jeunes enfants seront créées d’ici 2017. Une obligation de partage du congé parental a été instaurée par la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.Equal-Pay-Day-2

 

  • Pour encourager l’entreprenariat féminin, le Gouvernement, avec l’appui de ses partenaires, développe des actions de sensibilisation et de soutien financier aux entrepreneuses. L’objectif est de passer de 30% à 40% de femmes parmi les créateurs d’entreprise.
    >> En savoir plus
  •  Pour favoriser la mixité dans tous les secteurs, le Gouvernement a lancé une série d’actions dont l’objectif est de faire passer la proportion de métiers mixtes de 12% à un tiers en 2025. Une campagne nationale a été lancée en octobre 2014. Des plans d’actions seront signés dans dix secteurs clés de l’économie. Un premier plan a déjà été signé dans le secteur des transports. La mixité des métiers est devenue une mission du service public d’orientation scolaire.Equal-Pay-Day-3

 

Ces actions permettent à la France d’engranger des progrès concrets dans ce domaine :

  • Les inégalités salariales reculent plus vite en France que dans le reste de l’Europe
    Alors qu’entre 2008 et 2013, l’écart de rémunération horaire brute moyenne des salariés de l’Union européenne a diminué de 0,9 point dans toute l’Europe (de 17,3% à 16,4%), la France a connu une diminution de 1,7 point, passant de 16,9% à 15,2%.
    >> En savoir plusEqual-Pay-Day-4

 

  • Le taux d’activité des femmes continue de progresser en France
    Le taux d’activité des femmes continue de progresser, passant de 66,1% en 2010 à 67% en 2013 pour les femmes de 15 à 64 ans.
    >> En savoir plusEqual-Pay-Day-5

 

Le seuil de 30% de femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises a été dépassé en 2014 (+3 points en un an), faisant de la France le pays de l’Union européen le plus avancé en la matière. « Les inégalités salariales entre les femmes et les hommes persistent à un niveau inacceptable. Mais la mobilisation engagée commence à porter ses fruits : les derniers chiffres attestent d’un recul très encourageant de ces inégalités. Nous démultiplions nos actions pour conforter ces progrès » a indiqué Marisol TOURAINE. « Les mesures prises depuis 2012 par le gouvernement devraient contribuer à amplifier cette évolution dans les prochaines années » a ajouté Pascale BOISTARD.

L’Equal Pay Day, qu’est-ce que c’est ?

L’Equal Pay Day, ou journée de l’égalité salariale, symbolise le nombre de jours supplémentaires qu’il faut aux femmes pour gagner ce que gagnent les hommes en une année. Ainsi, au vu des écarts de salaire entre les femmes et les hommes en France, les femmes doivent travailler près de trois mois de plus pour atteindre la rémunération annuelle moyenne des hommes. Cette date symbolique est fixée cette année en France au 26 mars. C’est l’ONG BPW (Business and professional women) qui organise cette initiative au niveau mondial. De nombreuses actions sont prévues à cette occasion sur tout le territoire national.>>
Pour en savoir plus, visitez le site de BPW France

 

Elysée_WEB

Retour sur le rassemblement « Elles font la France » à l’Elysée pour la Journée internationale des droits des femmes

Femmes.gouv.fr | Publié le 9 mars 2015

Hier, le Président de la République accueillait aux côtés de Marisol Touraine et de Pascale Boistard 100 femmes de toute la France à l’Elysée pour la journée internationale des droits des femmes.

Etudiantes, salariées, entrepreneures, enseignantes, agricultrices, policières, artistes, sportives, retraitées, citoyennes engagées, bénévoles, toutes contribuent au dynamisme de notre pays et à sa cohésion sociale. Avec elles, François Hollande a pu échanger autour de leur quotidien et de leurs attentes pour faire progresser encore l’égalité entre les femmes et les hommes.

Retour sur cette journée :



#EllesfontlaFrance : « C’est l’égalité qui fait… par elysee






CIDF

Tout le gouvernement mobilisé pour l’égalité entre les femmes et les hommes

Femmes.gouv.fr | Publié le 6 mars 2015

Pour la troisième fois, les conférences de l’égalité ont permis à l’automne 2014 à l’ensemble des ministères de présenter leurs actions en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, que ce soit sur le plan de leur stratégie de ressources humaines ou sur le volet des politiques qu’ils conduisent.

Issues de ces conférences de l’égalité, les feuilles de route des ministères mettent en avant le bilan des réalisations, ainsi que le programme d’action pour l’année à venir, sur quatre thèmes :

  • La gestion des agents publics. A la suite du protocole d’accord relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique signé le 8 mars 2013, les ministères ont engagé des actions en matière de dialogue social, d’égalité dans les rémunérations et dans les parcours professionnels, de meilleure articulation entre la vie professionnelle et la vie personnelle, de prévention des violences faites aux agents sur leur lieu de travail.
  • L’égalité professionnelle. Les ministères s’engagent, dans leur champ de compétence, à promouvoir un égal accès des femmes et des hommes à des emplois de qualité dans tous les secteurs, à tous les postes.
  • La parité. Suite à la loi du 4 août 2014, tous les ministères listent les organismes sous leur tutelle qui doivent, lors de leur prochain renouvellement, remplir des conditions de meilleure représentation des deux sexes.
  • Violences faites aux femmes. Plusieurs ministères sont mobilisés dans le cadre du 4ème plan de lutte contre les violences faites aux femmes afin qu’aucune violence ne reste sans réponse, que les victimes soient accompagnées et la récidive prévenue.

Les ministères ont conduit des actions permettant de lutter contre les stéréotypes qui assignent femmes et hommes à des rôles spécialisés. Ils ont déployé une approche transversale de l’égalité femmes-hommes au sein de toutes leurs politiques, notamment par la technique des études d’impact permettant d’évaluer l’effet des projets de loi sur l’égalité, ou encore par le conditionnement des subventions d’Etat à des objectifs en matière d’égalité.

« A quelques jours du 8 mars, la publication sur le site femmes.gouv.fr des feuilles de route de chaque ministère pour l’égalité femmes-hommes est un nouvelle démonstration que les droits des femmes et l’égalité sont une priorité pour l’ensemble du gouvernement » a déclaré Pascale Boistard, secrétaire d’Etat chargée des droits des femmes.

Téléchargez les feuilles de route de chaque ministère : 

Sexisme dans le monde du travail : combattre la loi du silence

Femmes.gouv.fr | Publié le 6 mars 2015

mt-pb-sexisme-travail

Brigitte Grésy, Secrétaire Générale du CSEP, Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes et Pascale BOISTARD, secrétaire d’Etat chargée des droits des femmes.

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, et Pascale BOISTARD, secrétaire d’Etat chargée des droits des femmes, ont reçu ce jour le rapport du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (CSEP) portant sur le sexisme dans le monde du travail.

Ce rapport décrit les différentes réalités du sexisme au travail, réalité trop souvent déniée ou passée sous silence et qui prend de multiples formes : remarques humiliantes ou dévalorisantes, attitudes de mépris  ou de discrimination…

Selon une enquête conduite en 2013 par le CSEP auprès de 15 000 salariés de neuf grandes entreprises françaises, 80% des femmes considèrent être régulièrement confrontées à des attitudes ou décisions sexistes, qui impactent  leur confiance en elles, leur bien-être au travail et leurs performances.

Le rapport formule 35 recommandations visant à nommer et combattre le sexisme au travail. Marisol TOURAINE et Pascale BOISTARD ont annoncé ce matin retenir plusieurs axes de travail, notamment :

  • Améliorer la connaissance du sexisme au travail, via le développement de questions sur le sujet dans les enquêtes pilotées par les administrations ;
  • Former les acteurs de l’entreprise et du monde du travail, en leur proposant des modules de sensibilisation et des outils clé-en-main ;
  • Valoriser les bonnes pratiques des entreprises qui s’engagent dans de meilleures relations professionnelles entre les hommes et les femmes.

Le CSEP a été missionné par Marisol TOURAINE et Pascale BOISTARD pour la réalisation des outils dont ont besoin les acteurs concernés.

« Nous voulons agir concrètement auprès des entreprises, en valorisant la lutte contre le sexisme dans le label égalité et en constituant avant l’été un réseau d’entreprises mobilisées pour lutter contre le sexisme, en partageant les meilleurs pratiques » a déclaré Pascale BOISTARD.

« Nous devons combattre la loi du silence pour que s’applique la loi de la République. Nous ne pourrons réaliser l’égalité professionnelle et salariale entre les femmes et les hommes tant que ces comportements perdureront. Le traitement du sexisme au travail est une aspiration puissante de la société, et en particulier des femmes qui travaillent. L’objectif principal est de créer une culture organisationnelle d’entreprise exempte de sexisme » a conclu Marisol TOURAINE.

agriculture_uneb

Pascale Boistard à la rencontre des agricultrices au Salon International de l’Agriculture

Femmes.gouv.fr | Publié le 25 février 2015

Pascale Boistard, secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes, s’est rendue les 24 et 25 février au Salon International de l’Agriculture à Paris.

A cette occasion, elle a visité le stand de la Région Picardie avant de présenter avec Alain Vidalies, Secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, le livre « 42 portraits de femmes de mer ». Cet ouvrage met à l’honneur le travail, les métiers et la place des femmes dans l’ensemble de la filière de la pêche et de l’aquaculture, tant à bord des navires de pêche et dans la production aquacole, qu’à des postes à terre.

 

Pascale Boistard a également rencontré des agricultrices en compagnie de Jacqueline Cottier, présidente de la commission nationale des agricultrices de la FNSEA, à qui elle a présenté la nouvelle version du guide Femmes en agriculture, vos droits (lien vers le guide). Ce guide, construit en partenariat avec le Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt et avec la Mutualité sociale agricole, a pour vocation d’accompagner les femmes travaillant ou souhaitant travailler dans le secteur agricole.


 


Téléchargez le guide Femmes en agriculture

ega-pro-50-50

Egalité professionnelle : ça bouge !

Femmes.gouv.fr | Publié le 6 février 2015

A l’occasion du Forum « Elle Active » et du Salon des entrepreneurs, Marisol Touraine et Pascale Boistard ont dressé cette semaine un bilan d’étape de l’action du gouvernement en matière d’égalité professionnelle.

Le  nombre d’entreprises couvertes par un accord ou un plan d’action relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes  est en hausse continue.

Au 15 novembre 2014, 36,5% des entreprises de plus de 50 salariés, assujetties à cette obligation, ont ainsi transmis à l’Etat leur accord d’entreprise ou leur plan d’action, contre 15,8% en janvier 2013 et 27,1% en janvier 2014. 79,1% des entreprises de plus de 1 000 salariés sont couvertes. Le choix du dialogue social pour faire progresser l’égalité dans le monde professionnel est donc un choix qui se révèle fructueux.  L’Etat assume ses responsabilités et n’hésite pas à alerter et à accompagner les entreprises qui ne sont pas encore en règle (1356 mises en demeure) et à sanctionner celles qui ne respectent pas leurs obligations (45 entreprises sanctionnées).

02---Egalité-ProfessionnellTélécharger l’infographie « Egalité Professionnelle »

Lors d’un déplacement lundi à Lyon à l’occasion du Forum Elle Pascale Boistard a rappelé la mobilisation  du gouvernement  contre les inégalités au travail, alors que les femmes sont en moyenne payées 25% de moins que les hommes et qu’elles sont encore peu représentées dans les instances dirigeantes des entreprises.


Intervention de Pascale Boistard au Forum « Elle… par droitsdesfemmes

Ce jeudi, l’accent a été mis sur l’entreprenariat féminin et sur les avancées liées à la mise en œuvre du plan Entreprenariat au féminin. C’était l’objet de la visite de  Pascale Boistard au Salon des Entrepreneurs à Paris où elle a  notamment  signé  un accord-cadre avec la Caisse des Dépôts. La secrétaire d’Etat a ainsi présenté la progression du nombre d’entreprises financées par le fond de garantie à l’initiative des femmes, qui a crû de 8% en 2014.

 

Retrouvez les photos de la visite de Pascale Boistard, secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes, au salon des entrepreneurs le 5 Février 2015.

ega-pro-femmes-hommes

Progression continue du nombre d’entreprises couvertes par un accord relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Femmes.gouv.fr | Publié le 2 février 2015

Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes et Pascale BOISTARD, secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes, se félicitent de la progression continue du nombre d’entreprises couvertes par un accord ou un plan d’action relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Au 15 novembre 2014, 36,5% des entreprises de plus de 50 salariés, assujetties à cette obligation, ont transmis aux services de l’Etat leur accord d’entreprise ou leur plan d’action, contre 15,8% en janvier 2013 et 27,1% en janvier 2014. Parmi les entreprises de plus de 1 000 salariés, 79,1% des entreprises sont couvertes.

Cette progression constante est révélatrice de l’efficacité du décret du 18 décembre 2012 relatif à la mise en œuvre des obligations des entreprises pour l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Les entreprises de plus de 50 salariés doivent désormais déposer auprès des Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRRECTE) leur accord ou plan d’action, sous peine de pénalité financière.

Cette nouvelle procédure produit ses effets : 1 356 entreprises ont fait l’objet d’une mise en demeure et 45 ont été sanctionnées pour non-respect de leurs obligations. Une majorité d’entreprises mises en demeure ou pénalisées régularisent leur situation en quelques mois.

« Réduire les écarts de rémunération dans les entreprises entre les femmes et les hommes est un enjeu pour l’égalité mais aussi une condition du progrès économique. Le gouvernement a fait le choix de soutenir le dialogue social dans les entreprises. Nous constatons, mois après mois, que ce choix est fructueux. » a déclaré Marisol TOURAINE.

« Nous valorisons à chaque fois que c’est possible les entreprises ou les filières qui s’engagent, nous accompagnons, nous cherchons à convaincre et à mobiliser. Et, dans la plupart des cas, les entreprises sont convaincues. Mais nous assumons également les sanctions quand les entreprises ne respectent pas leurs obligations » a déclaré Pascale BOISTARD lors de l’ouverture du Forum « Elle Active » à Lyon ce jour.

De nombreuses mesures d’accompagnement et d’information sont à la disposition des entreprises pour les soutenir dans cette démarche vers l’égalité, comme le site Internet :
http://www.ega-pro.femmes.gouv.fr.

Etude

Enquête sur les hommes et l’égalité professionnelle : l’égalité femmes-hommes est aussi une affaire d’hommes.

Femmes.gouv.fr | Publié le 12 décembre 2014

L’étude Ifop-Mercredi C papa sur les hommes cadres et l’égalité professionnelle a été présentée aujourd’hui à Pascale Boistard, secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes.

A l’initiative de l’association Mercredi-c-papa, cette enquête fait le point sur les aspirations des hommes cadres dans les secteurs privé et public en matière d’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle et d’égalité femmes-hommes dans le monde du travail. Cette enquête a été réalisée par l’IFOP en partenariat avec le ministère des Droits des femmes et trois entreprises partenaires du programme Happy Men : BNP Paribas, Cofely GDF-SUEZ et Orange.

Pour Pascale Boistard, « cette enquête montre que la préoccupation pour l’équilibre des temps de la vie n’est pas réservée aux femmes ». Les hommes interrogés trouvent ainsi majoritairement que la place de leur activité professionnelle dans leur vie est trop importante. Ils souhaitent passer plus de temps avec leur conjoint et leurs enfants et sont 81% à approuver l’aspiration des jeunes générations à un meilleur équilibre. Si certains stéréotypes apparaissent malgré tout encore persistants chez les cadres, ils ont conscience que les inégalités sont fortement liées aux préjugés et à des modalités d’organisations du travail.

« Cette étude est un encouragement à amplifier les politiques que nous avons engagées » a ajouté la secrétaire d’Etat, « qu’il s’agisse de lutte contre les stéréotypes, de mixité au travail, de place des femmes dans les entreprises ou d’équilibre des temps de vie et de partage du temps parental ».

Le gouvernement agit en effet de façon déterminée :

  • La loi du 4 août 2014 met en place des avancées concrètes en matière de partage du temps parental pour articuler plus égalitairement vie familiale et vie professionnelle.
  • La proportion d’entreprises couvertes par un accord d’entreprise a progressé de 20 points en un an. Rendus à la fois plus complets sur le fond et plus simple sur la forme par la loi du 4 août 2014, leur négociation est l’occasion de discuter notamment de l’organisation du travail. 34% des entreprises de plus de 50 salariés étaient couvertes mi-2014.
  • L’Etat agit pour faire reculer les stéréotypes qui assignent des rôles sociaux et professionnels différents aux hommes et aux femmes. A l’école, dans l’orientation scolaire, dans la vie quotidienne, dans les médias, tous les acteurs sont mobilisés en ce sens.

Au-delà de l’enjeu en matière d’égalité et d’équilibre des temps de vie pour tous, cette action permet d’avancer vers une meilleure efficacité économique pour les entreprises qui se sont engagées dans une réflexion sur leur organisation et leur productivité.

Télécharger le dossier de presse Etude IFOP

Téléchargez l’enquête sur les hommes et l’égalité professionnelle – Déc. 2014