Assemblée

Le budget de l’Etat passe au crible des droits des femmes


Femmes.gouv.fr | Publié le 5 novembre 2012

Mardi 30 octobre, l’hémicycle de l’Assemblée nationale a accueilli, pour la première fois, en ouverture de l’examen de la deuxième partie de la loi de finances, un grand débat transversal consacré aux moyens dédiés dans le budget 2013 à l’égalité femmes-hommes, en présence de la Ministre des droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem.

C’est une première, qu’il faut mettre au compte de l’intention commune du Gouvernement et du Parlement de franchir une nouvelle étape vers l’égalité entre les femmes et les hommes.

Cette nouvelle étape, c’est celle de l’égalité effective. C’est l’étape de la mise en œuvre des lois que le Parlement a votées, évidence qui est loin d’en être une en réalité. La dynamique enclenchée depuis la création du Ministère des droits des femmes est celle de l’engagement sur tous les terrains pour faire avancer la situation des femmes.

* * *

Outre les crédits du programme 137, spécifiquement fléchés sur l’égalité entre les femmes et les hommes et défendus le 6 novembre par Najat Vallaud Belkacem en commission élargie, l’ensemble des 27 programmes du projet de loi de finances  contribuent à cette politique transversale. C’est le message du débat qui s’est tenu le 30 octobre dernier.

Ce débat a été l’occasion de réaffirmer la forte volonté politique du gouvernement en matière de droits des femmes,  l’engagement personnel même du Président de la République, qui s’exprimera à la fin du mois de novembre sur les droits des femmes, et du Premier ministre, qui présidera le comité interministériel aux droits des femmes pour fixer au Gouvernement tout entier une feuille de route ambitieuse en matière d’égalité entre les sexes.

* * *

Sur tous les bancs, au-delà des clivages partisans, les députés ont interrogé la Ministre des droits des femmes sur ses intentions et sur ses perspectives d’action. Accès à la contraception des mineures, accession des femmes aux fonctions dirigeantes dans les entreprises, moyens et fonctionnement du réseau territorial de déléguées aux droits des femmes et à l’égalité, lutte contre les violences faites aux femmes, lutte contre les stéréotypes sexistes, parité en politique, orientation des filles dans les filières scientifiques, égalité professionnelle : l’égalité entre les femmes et les hommes doit être partout ; elle doit devenir un automatisme dans toutes les politiques publiques.

Comme l’a rappelé Maud Olivier, députée socialiste de l’Essonne (que vous pouvez suivre sur Twitter), le combat pour les droits des femmes « doit être quotidien dans la conduite de l’action publique », de manière à « s’assurer qu’aucune décision n’exclura les femmes », et à « se poser la question de l’égalité femmes-hommes dans le financement des politiques publiques ».