Najat Vallaud-Belkacem à Planète PME avec Geneviève Bel (CGPME)

Les clefs pour atteindre 40% de femmes entrepreneures dès 2017


Mardi 18 juin, à l’occasion de la manifestation Planète PME, Najat Vallaud-Belkacem a dévoilé les grandes lignes de son plan pour le développement de l’entrepreneuriat féminin.

Si, bien sûr, aucune règle ne s’oppose à ce qu’une femme crée son entreprise ou en reprenne une, l’entrepreneuriat peine, encore aujourd’hui à se conjuguer au féminin. La France, en la matière, accuse un important retard : moins de 3 % des femmes de 18-64 ans ont créé ou repris une entreprise en 2011, contre 4,5 % en Allemagne et plus de 10 % aux Etats-Unis. Depuis 1998, la part des femmes dans les créations ou reprises d’entreprises stagne autour de 30%.

L’objectif que se fixe la ministre des Droits des femmes est ambitieux : en 2017, ce taux doit atteindre 40%.

Pour atteindre cet objectif, la ministre a présenté, devant un large parterre de dirigeantes et de dirigeants de TPE et de PME, les grandes lignes du plan de développement de l’entrepreneuriat féminin, construit autour de trois axes :

1. La sensibilisation à l’entrepreneuriat féminin dans les collèges, lycées et l’enseignement supérieur. C’est la racine même du problème : lutter contre les stéréotypes selon lesquels les filles ne sauraient pas prendre des risques ou conduire une vie de cheffe d’entreprise. Pour ce faire :

-          Dès la classe de 6ème, l’entrepreneuriat féminin fera partie du programme au titre du nouveau parcours individuel d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel, prévu par la loi refondation de l’Ecole.

-          Une semaine de sensibilisation à l’entrepreneuriat féminin sera organisée chaque année, sur le modèle de celle qui a été expérimentée au mois de mai dans 5 académies.

-          un site de référence sera créé à la rentrée pour faciliter l’accès à l’information des femmes souhaitant créer, développer ou reprendre une entreprise.

2. L’accompagnement pour les femmes souhaitant créer ou reprendre une entreprise. Avec tous les acteurs institutionnels, les réseaux consulaires et les réseaux d’accompagnement, le gouvernement organisera et coordonnera le premier accueil et renforcera la professionnalisation des réseaux d’accompagnement. D’ici la fin de l’année, toutes les régions seront dotées d’un plan d’action régional, qui comportera un diagnostic et un plan d’action associant l’Etat, la Caisse des dépôts, les collectivités et tous les acteurs concernés.

3. L’accès au financement :

-          la visibilité et les moyens du fonds de garantie à l’initiative des femmes seront renforcés et déclinés dans les quartiers de la politique de la ville.

-          un fonds expérimental partenarial associant la caisse des dépôts, les conseils régionaux, les organismes consulaires et les banques privées sera créé dans 3 premières régions afin de compléter les financements actuels.

-          une charte sera signée dès le mois prochain avec la Fédération bancaire française pour promouvoir et développer l’entreprenariat féminin dans les principaux réseaux bancaires et engager des actions pour sensibiliser les conseillers bancaires à l’entrepreneuriat féminin, faire connaître le dispositif FGIF et former les conseillers bancaires  à l’accueil des créatrices d’entreprises.