Nadia SIDIQI, militante des droits des femmes, a été assassinée en Afghanistan aujourd’hui

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

Ce n’est pas la première femme publique afghane, engagée pour l’égalité entre les femmes et les hommes, à être la cible d’attaques intolérables. En 2006, Safiye AMAJAN, ancienne directrice du ministère des affaires féminines pour la province de Kandahar, avait été abattue. En 2008, Malalaï KAKAR, policière qui dirigeait le département des crimes contre les femmes de la ville de Kandahar a été assassinée par des talibans. Il y a cinq mois, Hanifa SAFI, qui avait précédée Nadia SIDIQI au poste de responsable du département des affaires féminines du Laghman, était également tuée dans un attentat.

Ces assassinats montrent qu’il existe de la part de groupes intégristes une volonté très claire de mettre un terme aux avancées fragiles qui existent en Afghanistan en matière de droits des femmes.

Les auteurs de l’attentat de lundi doivent être conduits devant la justice : laisser perdurer des violences faites aux militants des droits humains, et en particulier des droits des femmes, est incompatible avec la construction d’un Etat stable et démocratique.

La France soutient la mise en oeuvre du Plan d’action national pour les femmes afghanes ainsi que l’application de la loi de 2009 relative à l’élimination de la violence à l’égard des femmes.